Youtube
Twitter Facebook LinkedIn Youtube

Des Navettes Maritimes pour faciliter les transports du quotidien des travailleurs transfrontaliers entre #Nice06 et Monaco

5 juin 2019 –

Dans le cadre du projet de Loi d’Orientation des Mobilités, j’ai proposé un amendement visant à favoriser les navettes maritimes pour les travailleurs transfrontaliers.

« Face aux enjeux de saturation et de congestion du trafic routier, les navettes maritimes apparaissent, dans certaines régions, comme une solution de mobilité pertinente. Cette évolution passe cependant par une clarification nécessaire du cadre juridique encadrant les navettes maritimes lorsque celles-ci opèrent un trajet transfrontalier.

Dans cette optique, je veux porter à votre connaissance un projet local sur les Alpes-Maritimes qui vise à expérimenter ces navettes maritimes, mais cette fois sous forme de transports en communentre plusieurs villes côtières, dont la ville de Nice, et la Principauté de Monaco soit deux Etats distincts et transfrontaliers.

Aujourd’hui, l’augmentation continue du trafic provoque une forte congestion de nos axes routiers aux heures de pointe. Cela rend très compliqué les trajets du quotidien pour les quelques 30 000 actifs maralpins et résidents monégasques.

Parallèlement, et compte tenu de la rareté du foncier sur le littoral azuréen, il est très difficile d’envisager de nouvelles réalisations d’infrastructures terrestres.

Face à ce constat, qui handicape lourdement les actifs et les entreprises concernées, le littoral reste aujourd’hui sous exploité pour proposer des solutions alternatives aux problématiques de mobilité que l’on rencontre sur la Côte d’Azur.

Le projet de loi Mobilité vise notamment à faciliter les mobilités du quotidien et à clarifier la gouvernance des Autorités Organisatrices de la Mobilité. Cet amendement permettrait donc de répondre à ces deux objectifs.

En effet, préciser le cadre juridique des navettes maritimes transfrontalières, c’est éviter l’abandon de futurs projets pourtant en accord avec les espérances de nos concitoyens et rentrant parfaitement dans l’esprit de ce projet de loi. »

C’est un sujet d’ordre législatif sur lequel nous aurons prochainement l’occasion de travailler avec la ministre des transports, Madame Elisabeth Borne, afin d’approfondir les enjeux de cette question et le cadre juridique adapté.